III. Chut !

Le 12 mai 2016

Comme j'ai déjà un bon retard de blabla, je vais faire bref ! En plus, c'est pas le tout de mettre à profit les longues heures de bus pour faire des dissertations, encore faut-il trouver un wi-fi assez potable pour que le temps nécessaire à l'upload des photos reste inférieur à la durée de ma batterie… Ça aide pas à se tenir à jour !

Du coup, pour cette fois, je vais me contenter de faire le mini topo touristique et laisser le reste au plaisir des yeux ! Désolé, mon appareil photo n'est pas excellent et je suis plus du genre contemplatif perplexe que photographe endurci, mais je fais de mon mieux :)

Iguazú, c'est la raison principale pour laquelle nous avons décidé de commencer le voyage en Argentine plutôt que de couper direct à travers la Bolivie. Par requête expresse de mon accolyte baroudeuse, grande "cascadophile", pas question de retirer cette étape de notre parcours ! Et très honnêtement, ça aurait été plus que dommage de s'en priver.

Les chutes sont situées au coeur d'un parc national partagé entre l'Argentine et le Brésil et peuvent se visiter depuis les deux pays. D'abord, on apprécie la vue d'ensemble offerte par le côté brésilien. Dès la descente du bus, après avoir sillonné un brin dans la forêt tropicale, on se retrouve face à un pestacle grandiose (premières photos). Sans prévenir, dame nature nous envoie droit dans le caisson cette vision qui laisse rêveur et sans voix. « Alors, dis, ça valait pas le coup ? - Chut ! Je contemple » Ensuite, on passe deux petites heures sur un chemin qui serpente et surplombe délicieusement l'incroyable paysage aquatique. Une promenade de santé comme on en ferait plus souvent ! Je peux donc à présent dire que j'ai passé environ cinq heures de ma vie au Brésil. Ça compte ou pas ?

Le deuxième jour, le côté argentin du parc permet, lui, de pénétrer au coeur de la scène et de titiller les cascades de très près. Des passerelles et des plates-formes aménagées un peu partout offrent des vues impressionnantes et on ne sait jamais trop quand il est temps de passer à la suivante. Pourtant, plus on avance, plus ça réjouit les pupilles ! D'accord… on s'est pris des averses assez monstrueuse ce jour là, d'où les photos un peu grisâtres, mais pour moi ça n'a rien enlevé au plaisir. D'avoir le cul tremplé n'a jamais empêché d'ouvrir grand les mirettes ! Par contre, mon passeport resté dans le fond du sac à dos s'en souvient encore...

Pour la suite, changement de cap ! Sao Paulo et Rio, ça sera certainement pour une prochaine fois. Là, on reste en Argentine et on vise loin, loin à l'ouest, où pour nous, tout est nouveau ;)

Chemin Parcouru

Commentaires

Partage

Photos

Fermer